Non au projet Faïencerie

 


Illustrant son manque de vision d’avenir pour notre ville, le maire Patrick Donath a confié un hectare de surface à la Métropole du Grand Paris (MGP)

Illustrant son manque de vision d’avenir pour notre ville, le maire Patrick Donath a confié un hectare de surface à la Métropole du Grand Paris (MGP). Un seule personne a pu voter le projet pour nous à la MGP :

P. Donath lui-même ! Ce n’est pas notre conception de la démocratie pas plus que de la prise en compte de l’intérêt de notre ville et de ses habitants.

 

Nous savons tous que les espaces disponibles ne sont pas nombreux sur notre ville; disposer d’un hectare dans le cadre de la restructuration de la crèche Leclerc et du groupe scolaire Faïencerie est une aubaine qu’il ne faut donc pas gâcher.

 

Le maire a choisi, seul, sans en informer quiconque au préalable, de déléguer les choix stratégiques d’aménagement au profit de la Métropole du Grand Paris. Nous aurions dû conserver en local :

  • la décision d’implanter ou non des logements là où il n’y en avait pas auparavant,

  • la répartition des m2 entre espaces publics et espaces consacrés aux installations de l’enfance (crèche, maternelle et primaire).

 

Une belle aubaine pour la MGP, poussée par la COGEDIM qui peut ainsi placer son package expérimental bien ficelé avec des organismes imposés (LaPsyDé, Ineris, TechKids, OfficeSanté) qu’elle a intérêt à déployer sur un maximum de villes et qu’elle a légèrement adapté pour la nôtre.

 

On voit bien l’intérêt de la Métropole du Grand Paris et du promoteur, beaucoup moins celui de Bourg-la-Reine et de ses habitants puisque le projet :

  • N’a pas prévu la concertation en amont,

  • Risque de devenir un laboratoire expérimental pour les enfants de la Faïencerie sans que les parents et les équipes pédagogiques l’aient autorisé

  • Ne prend pas en compte la sécurité et le bien-être des enfants en ne prévoyant que des cours sur les toits. Or on sait que ce type de cours ne protège ni du vent, ni du froid, ni du soleil.

  • Privilégie le béton à la qualité de vie des habitants actuels,

  • Augmente encore la densification de la ville sans intégrer l’évolution des services aux habitants (crèches…)

  • Intègre un regroupement de syndicats d’intérêts sans qu’on nous présente les coûts de fonctionnement

  • ne prévoit aucune mixité dans des habitats qui ne seront pas autonomes.

 

Notre équipe est prête à déployer une politique alternative qui mettra nos enfants, les habitants de notre ville et le vivre-ensemble au coeur de ce type de projet plutôt que d’en faire une grosse opération immobilière.

 

Pour notre équipe, un projet d’une telle envergure pour notre ville passe par :

  • Une concertation en amont sur les choix stratégiques en mettant l’enfant au coeur du projet avec ses besoins et ses attentes

  • Une totale maitrise en local de l’opération, de son fonctionnement et de ses coûts futurs,

  • Un arrêt de la densification en privilégiant des espaces verts ouverts à tous les publics

  • Une restructuration de l’école sécurisée avec de grands espaces de récréation de plein pied avec une végétation protectrice, notamment pendant les périodes caniculaires

  • Des équipement publics et intergénérationnels en cohérence avec l’existant sur la ville et prenant en compte les besoins non couverts

 

La mauvaise gestion de projet et le refus de la concertation de la majorité actuelle ne se limite pas au projet Faïencerie.

On la retrouve :

  • Place de la Gare avec un plan de circulation à revoir, des aménagements superflus et onéreux, une gare routière à un demi-million oubliée dans le projet initial et mal repositionnée en urgence, un impact environnemental contestable avec trop de béton et des essences d’arbres mal adaptées. Le tout avec un chantier non sécurisé.

  • Rue Roëckel rénovée à nouveau pour 250 000 € avec des dalles salissantes et glissantes par temps de pluie, une absence de végétation, aucune réflexion de piste cyclable, ni d’allée conviviale avec des bancs publics.

  • Boulevard Carnot avec la nouvelle sortie de la caserne des pompiers en face de la sortie de l’école de la République.

 

Autour de Laëtitia Claudic, la liste « Se rassembler pour Bourg-la-Reine » vous propose un projet réfléchi et sérieux axé sur l’environnement, la sécurité, et le vivre-ensemble où chacun trouvera sa place.

Laure THIBAUT

 Bilan de mandat 2016-2019  

 

Le chiffre du mois : 3 ans 
En 3 ans, moins de démocratie, plus d’impôts, plus de mécontents et pas de projets.

Inconnu dans sa propre ville, le maire semble aujourd’hui très surpris d’être critiqué de toutes parts, alors qu’il fait tout pour : pas d’écoute vis-à-vis des citoyens et des élus, aucune vision à long terme pour la ville, 0% d’écologie, travaux incessants, bétonnage forcené, destruction du patrimoine et des jardins, dépenses de 7,5 millions d’€ pour la place de la Gare, sécurité non maîtrisée, impôts en hausse, endettement injustifiable,…

Difficile de faire pire.

Et puis pourquoi un bilan ? Ce n’est pas le sien, Patrick Donath n’était pas candidat en 2014 et n’a donc pas de programme. Les seuls projets positifs en cours (CAEL, voirie, Faïencerie, PLU/Charte…) avaient été lancés par Philippe Lorec ! Nous avons donc juste une mauvaise gestion des affaires courantes. Vaste supercherie, le maire et sa majorité factice flottent au fil de l’eau, espérant que leur inertie les portera vers un nouveau mandat…
Bourg la Reine mérite mieux que ce triste bilan.

Philippe LOREC, Guillaume THYSS

 BLR, déficit de démocratie locale  

 

Le chiffre du mois : 0% de concertation
 

Le Maire décide seul à Bourg la Reine. Il ne débat pas, ne répond jamais, n’écoute personne. Les 33 élus du Conseil Municipal ne sont qu’une chambre d’enregistrement, sans concertation préalable. Ah çà, pour les 50 millions d’euros de budget de la commune, c’est beaucoup moins participatif que pour les projets citoyens mis en avant pour la com’ ! Autre exemple d’opacité : P. Donath annonce qu’il n’augmentera pas les impôts locaux … mais il confirme une «augmentation de +1,9% des bases fiscales à partir desquelles sont calculés ces impôts »... !

Un des axes importants de notre liste sera d’apporter une nouvelle approche de la démocratie locale et de la transparence des décisions. Nous voulons que notre Ville redevienne un vrai lieu démocratique, avec échanges, débats, prise en compte des idées des uns et des autres. Les décisions une fois prises devront ensuite être expliquées clairement, sans se dissimuler derrière la complexité de la comptabilité publique.
 

 BLR, moins de béton et plus de gazon 

 

Le chiffre du mois : 25% d’écologie en plus pour Bourg-la-Reine

 

Promouvoir les démarches participatives et faire appel à l’imagination des citoyens est une excellente idée, mais à condition que le maire n’en profite pas, lui, pour s’exonérer d’une réflexion de fond sur l’avenir de notre ville...

Un des axes importants de notre liste RenouveauBLR pour 2020 sera de développer une vraie stratégie environnementale afin de garantir l’avenir de nos enfants. Nous avons l’ambition de mettre en œuvre des solutions innovantes pour faire de Bourg-la-Reine la première ville « verte » du 92, en respectant les jardins, et en réfléchissant à la place que doit avoir l’urbanisme en ville par rapport à la nature, à l’humain et à notre histoire.

Aujourd’hui, Donath et Chevreau, esseulés avec leurs quelques conseillers « fantômes », ne répondent plus aux vrais besoins des Réginaburgiens. Demain, il faudra élire une équipe solide, capable de mener des actions dans le temps long, avec une gestion de projet efficace et transparente
.

OBJECTIF : NOUS ENDETTER !

 

Le chiffre du mois : 34 M€ d’objectif d’endettement pour Bourg-la-Reine !

 

Le « DOB » ou « Débat sur les Orientations générales du Budget 2019 de la Ville » est un document très dense, dans lequel l’équipe en place tente d’expliquer comment elle va équilibrer le budget de notre Ville. Il nous a été assené en conseil municipal en février dernier, sans débat préalable bien sûr.

 

Il contient quelques pépites qui illustrent bien l’impéritie ambiante. Extraits : « La ville poursuit son objectif de plafond d’endettement à 33/34 millions d’euros… » surréaliste, quand on sait qu’on est déjà passé de 28 à 30 M€ depuis que P. Donath a succédé à JN Chevreau !

« …Le niveau de l’épargne nette de la Ville s’élève à -1 350 000 € » … «  les intérêts de la dette à payer en 2019 représenteront 850 000 € » !!

Pendant ce temps, ignorant probablement l’état de nos finances, le maire fait de la « com » sur la « démocratie participative »… Édifiant !

 

PRENONS EXEMPLE SUR LE TERRITOIRE !

Le chiffre du mois : +2,7M€ d’investissement et + 68K€ pour le budget de Bourg-la-Reine

 

A l’heure où les échelons intermédiaires sont décriés, le rapport d’activité de notre Territoire "Vallée Sud Grand Paris", dont Philippe Lorec est Vice-Président, montre les premiers résultats tangibles de ce regroupement de 11 villes, ainsi que son apport à notre ville :

  • Une gouvernance collégiale, laissant une place prépondérante aux décisions locales

  • Une gestion rationnelle, avec économies de fonctionnement (-7M€), assainissement des finances et investissements efficaces, permettant un désendettement important et une baisse de la taxe des ordures (-2.8M€)

  • Le financement de la réfection de notre conservatoire à hauteur de 2,7M€, et le versement en 2019 de +68K€ au budget de fonctionnement de Bourg-la-Reine

 

Voilà une preuve concrète que l’on peut faire plus et mieux avec moins d’argent… Pensez-vous que çà pourrait en inspirer certains ici…?

Au vu du Débat d’Orientation Budgétaire que P. Donath présentera lundi 18 février prochain, cela ne semble pas être la tendance cette année.

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Instagram - White Circle
  • YouTube - White Circle

#BLR2020